Mission en Corée du Sud

IMG_7739Catherine Procaccia a fait partie de la mission du groupe d’amitié interparlementaire France-Corée du sud autorisée à rendre visite à leurs homologues à Seoul pendant 5 jours et sous réserve de mesures sanitaires assez drastiques. Un grand merci à l’ambassade de France et à son ambassadeur Pierre Lefort, qui a organisé la plupart des rencontres avec les représentants français à la résidence de l’ambassade, afin que nous puissions nous réunir à plus de 4 personnes (règles coréennes).

Outre la présence économique française des entreprises du luxe et de la haute technologie, la situation militaire a été au coeur de nos entretiens, avec un temps fort : la visite de la DMZ (zone militaire entre les 2 Corée gérée par l’ONU) sur le 38eme parallèle, frontière historique entre les 2 blocs.

Le groupe d’amitié a également pu se recueillir sur la tombe des soldats français du bataillon de Corée. Pour en savoir plus sur cette guerre : https://www.youtube.com/watch?v=OIxAJDgLPHU

Renforcement du cadre juridique du droit de grève à la SNCF

high speed railway platformEn début d’année, Catherine Procaccia interrogeait le Gouvernement sur l’évolution du droit de grève pour les agents de la SNCF maintenant que le trafic des trains à grande vitesse (TGV) est ouvert à la concurrence.

Depuis 2007, les cheminots qui participent directement à la circulation des trains doivent déposer une déclaration d’intention individuelle (DII) pour participer à une grève 48 heures à l’avance. Cette obligation a depuis été élargie, pour concerner près des deux tiers du personnel de l’entreprise. Très utile, cette loi permet à la SNCF d’organiser le trafic et surtout de prévenir à l’avance les voyageurs de l’existence ou non des trains. Si cette loi n’a pas empêché les grèves, elle a en outre rendu obligatoire l’ouverture d’un dialogue social préalable au dépôt du préavis.

Des travaux sur la RN19 après les inondations répétées

Capture d’écran 2021-07-16 à 11.47.34Catherine Procaccia interrogeait mardi dernier le Gouvernement sur les inondations répétées de la RN19, notamment au niveau du tunnel de Boissy-Saint-Léger.

Chaque fois qu’il pleut, ce tunnel en forme de cuvette basse risque d’être inondé. C’était le cas en 2020, et ça l’a à nouveau été il y a quelques mois. Face à la résignation de la DiRIF, la sénatrice a rappelé au Gouvernement que l’entretien de cette route lui revenait, et qu’il n’était pas normal qu’un ouvrage aussi récent présente autant de risques.

Après avoir expliqué que les précipitations des deux dernières années étaient historiques, la ministre au banc a précisé que des travaux d’aménagement allaient rapidement permettre la mise en sécurité des équipements électriques nécessaires au pompage, qui sont aujourd’hui noyés dès les premières pluies.