Point d’actualité du mois d’avril dans les îles du pacifique et du vanuatu

Le groupe d’amitié parlementaire France-Vanuatu-Îles du pacifique que Catherine Procaccia dirige en qualité de président, à rédigé un point d’actualité. Celui-ci évoque les effets du covid-19 ainsi que la potentielle propagation du virus dans ces îles. Il évoque également les enjeux environnementaux, toujours d’actualité, et le cyclone qui a touché la région  au début du mois.

Vous pouvez visionnez ce point d’actualité en cliquant sur le lien ci-dessous.

POINT D’ACTUALITÉ – AVRIL 2020

 

Situation du centre de Grosbois et des courses de trot

grosbois yaAujourd’hui sont confinées sur le domaine de Grosbois environ 400 personnes. Les entraîneurs et le Centre sont particulièrement concernés par l’arrêt brutal des courses hippiques source essentielle de leur financement.  Ils doivent continuer à nourrir, soigner et entraîner leurs chevaux. Très peu de personnel au chômage technique car ils sont essentiels aux soins des chevaux.

Déjà 1600 courses d’annulées sur les 11 000 annuelles, mais avec la distanciation sociale le PMU voit mal comment ses pertes de recettes ne seraient pas considérables.

Catherine Procaccia inquiète de la situation des fleuristes à l’approche du 1er Mai

muguetCatherine Procaccia a attiré l’attention du Premier Ministre concernant l’interdiction d’ouverture des fleuristes à l’approche du 1er mai.
 
Les fleuristes, au même titre que le reste des commerces non essentiels, sont fermés depuis le 16 Mars, date du début du confinement. Ces commerçants et artisans sont  inquiets de devoir rester fermés le 1er mai, une des dates les plus importantes de l’année pour leur activité : l’année dernière 22 millions d’euros ont été déboursés pour l’achat de brins de muguets et  31% des brins de muguets ont été achetés chez un fleuriste, contre 25% en grande surface.

Les Parlementaires du Val-de-Marne opposés à la suppression de classes dans les écoles

A teacher speaks to pupils in a primary school class at the Pierre Mendes France school in Clermont-Ferrand at the start of the new school year on September 4, 2017. - As part of reforms to the Education system, many primary school classes have been halved in size. (Photo by Thierry Zoccolan / AFP)

Catherine Procaccia, dans une démarche transpartisane, a cosigné avec plusieurs parlementaires du Val-de-Marne une lettre demandant un moratoire exceptionnel concernant les fermetures de classes pour la rentrée de septembre dans le département.

En effet, est prévue la suppression de 104 classes. Cependant, avec le scénario actuel et un décalage d’apprentissage des élèves confinés, cela fait ressortir des difficultés en plus pour les écoliers qui sont déjà en retard.  Sachant que ces derniers vont devoir rattraper un retard du fait de la difficile adaptation aux cours par internet, il convient alors que les élèves puissent effectuer leur rentrée des classes l’année suivante dans les meilleures conditions possibles.