Adaptons le système éducatif aux conditions sanitaires

workLa crise sanitaire et la fermeture de nombreuses entreprises posent des problèmes aux jeunes qui doivent effectuer des stages. Après avoir obtenu, avec sa collègue sénatrice Laure Darcos que les stages de 3ème soient rendus facultatifs,  Catherine Procaccia  a interpellé le ministre de l’enseignement supérieur afin que les élèves en filière professionnelle ne soient pas pénalisés s’ils n’arrivent pas à réaliser le stage obligatoire prévu dans leur cursus.

Le statut de junior entrepreneur passe dans le PLFSS

chef-africain-du-departement-est-satisfait-du-travail-du-personnel-etudiant-asiatique-chemise-mode-parlant-amis-universite-son-rapport-scientifique_197531-3728Catherine Procaccia avait déposé, dans le cadre de l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2021 (PLFSS), un amendement reprenant sa proposition de loi tendant à dynamiser l’emploi des jeunes à travers la création d’un statut de junior-entrepreneur, déposée en juillet dernier. Cet amendement a été adopté jeudi 12 novembre.

La crise sanitaire que nous traversons, conjuguée à celle économique dont nous ne faisons pour l’instant qu’entrevoir l’ampleur, est d’une particulière gravité à l’égard de nos jeunes de 16 à 25 ans. Stages arrêtés, signatures des contrats repoussées, petits jobs d’été annulés, les conséquences économiques de l’arrêt brutal d’activité pendant le confinement, et les difficultés que rencontrent beaucoup d’acteurs à retrouver un rythme de travail optimal sont autant d’obstacles qui compliquent les recherches professionnelles pour ces jeunes en demande d’expérience.

Avenir des employés de Renault à Choisy-le Roi

renaultÀ la suite de l’annonce d’un vaste plan d’économies décidé par l’entreprise Renault, l’usine située à Choisy-le-Roi fermera ses portes à l’horizon 2022. La sénatrice a alors interrogé le ministre de l’économie sur l’accompagnement des salariés.

Le 2e employeur privé de Choisy-le-Roi emploie 263 salariés et 150 intérimaires et a annoncé qu’il n’y aurait pas de licenciement sec. Cependant, il est prévu que l’activité de nettoyage, réparation et reconditionnement de pièces mécaniques soit transférée à 70 kilomètres sur le site de Flins.