Renforcement du cadre juridique du droit de grève à la SNCF

high speed railway platformEn début d’année, Catherine Procaccia interrogeait le Gouvernement sur l’évolution du droit de grève pour les agents de la SNCF maintenant que le trafic des trains à grande vitesse (TGV) est ouvert à la concurrence.

Depuis 2007, les cheminots qui participent directement à la circulation des trains doivent déposer une déclaration d’intention individuelle (DII) pour participer à une grève 48 heures à l’avance. Cette obligation a depuis été élargie, pour concerner près des deux tiers du personnel de l’entreprise. Très utile, cette loi permet à la SNCF d’organiser le trafic et surtout de prévenir à l’avance les voyageurs de l’existence ou non des trains. Si cette loi n’a pas empêché les grèves, elle a en outre rendu obligatoire l’ouverture d’un dialogue social préalable au dépôt du préavis.

Visite d’Orly à l’heure de la reprise

IMG_0013-previewAprès une fermeture pendant le confinement, l’aéroport d’Orly a pu réouvrir le 28 juin dernier.

Pendant cette période, les équipes d’ADP ont repensé  son fonctionnement pour fluidifier le trafic des passagers  en respectant les règles sanitaires liées au Covid.  Un deuxième aérogare a été ouvert mi juillet lorsque le trafic a atteint 10 000 passagers ( contre 100 000 habituellement)  pour faire respecter les distanciations et éviter les croisements entre passagers de plusieurs vols qui ont été constatés à Charles de Gaulle.

Inauguration de « l’installation terminale embranchée » à Villiers-sur-Marne

ITE2Jeudi 11 Juillet, Catherine Procaccia à inaugurée aux côtés de Jacques Alain Bénisti, maire de Villiers-sur-Marne, de Jacques JP Martin, Président du territoire, et du Président  du directoire de la Société du grand Paris, Thierry Dallard, « l’installation terminale embranchée », installée sur la future gare de Bry-Villers Champigny.

C’est une plateforme de tri et d’évacuation par train des terres excavées du chantier de la ligne 15 qui permet l’acheminement de plus de mille tonnes par jour par voie ferrées et évite ainsi le passage de centaines de camions à travers Villiers et les voies périphériques. Les terres et gravats vont ainsi jusqu’au centre de stockage de la Seine et Marne.