OPECST : Table ronde sur la Chlordécone

Capture d'écran - OPECSTEn tant que rapporteur du rapport de 2009, Catherine Procaccia a présidé deux tables-rondes sur les conséquences de la chlordécone aux Antilles, le 20 novembre dernier.
Durant les échanges, tous les participants, universitaires, parlementaires, membres associatifs et scientifiques, ont tous signalé la défiance de la population antillaise vis-à-vis de l’Etat et des élus locaux. Ce qui explique le non-respect par la population des conseils alimentaires pour éviter de manger trop de légumes racines ou de crustacés pollués par la chlordécone.
Cette méfiance s’explique, selon les intervenants, par la mauvaise gestion de la communication sur ce sujet.
La chlordécone a profondément bouleversé la vie des agriculteurs, des maraichers et des marins-pêcheurs, eux-mêmes impactés par l’interdiction de la pêche dans certaines zones.
Les scientifiques ont rappelé que ce pesticide est un facteur aggravant du cancer de la prostate.
S’ils sont critiques sur la situation dans les Antilles, les intervenants ont néanmoins souligné une meilleure collaboration dans l’élaboration du plan chlordécone IV, et ont réclamé la mise en place d’outils de démocratie participative.

Pour regarder les tables-rondes, cliquer sur la vidéo suivante :

Les hôpitaux militaires changent de têtes

IMG_3708En cette fin août, le Médecin-chef à la tête de l’hôpital Bégin et le Médecin général qui dirigeait des hôpitaux militaires ont quitté leurs fonctions.

Le Médecin-chef Duverger va une nouvelle fois succéder au Médecin général Rigal-Sastourné qui avait lui aussi quitté Bégin pour le service central de santé des armées. Mais ce dernier quitte l’armée après 43 ans d’une activité médicale intense, tant en matière de recherche ophtalmologique qu’en opérations militaires. Tous deux se sont illustrés lors des attentats du Bataclan en organisant la prise en charge des blessés les plus graves selon les principes de la médecine de guerre. Tous deux disent que jamais ils n’auraient pensé voir de telles blessures sur des civils.

La Sénatrice avait été invitée à titre personnel, tous deux la remercient encore d’être montée au créneau pour sauver l’hôpital d’instruction des armées (HIA) Bégin que le Ministre de la Défense de François Hollande, Jean-Yves Le Drian voulait fermer.

COVID-19 : Le texte réécrit au Sénat, adopté définitivement

20220607_202013Le 20 juillet dernier, le Sénat a examiné le projet de loi relatif à la lutte contre la COVID-19, et l’a profondément remanié puisqu’il se nomme maintenant « loi maintenant provisoirement un dispositif de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre la covid-19″, afin de lever toute ambiguïté sur son contenu exact.

  • Les régimes d’exception sont définitivement abrogés ;
  • Un mécanisme permet la réintégration des soignants non vaccinés, dès que la situation sanitaire le permettra ;
  • Le certificat numérique, mis en place par l’Union Européenne à partir de janvier 2023, interdit tout contact tracing ;
  • Un certificat sanitaire de voyage n’existera plus que si la COVID-19, ou un variant constituait une menace sanitaire grave. Seul un test PCR négatif pourrait alors être exigé.
  • Ce certificat ne sera exigé pour l’outre-mer qu’en cas de risque de saturation des hôpitaux.

Catherine Procaccia a voté ce texte très allégé par rapport au projet initial du Gouvernement, mais protecteur en cas de nouvelle épidémie importante.
Elle n’aurait pas été opposée au port du masque dans les transports, mais tel n’a pas été le choix des Sénateurs.

Santé Publique France s’offre une porte

289924101_10224587700053831_7875854724011714867_nCe 23 juin, aux côtés des élus de Saint-Maurice, Catherine Procaccia a eu le plaisir d’assister à l’inauguration de la nouvelle entrée de Santé Publique France (SPF), permettant désormais un accès direct à l’établissement. Santé Publique France, rappelons-le, est l’établissement public qui surveille l’état sanitaire de la population française, et met en place les stratégies pour faire face aux crises (voir article du 2 mars 2022). Le domaine et le château de Vaccassy, sur lequel se situe Santé Publique France, ont été donnés à l’Etat au XIXe siècle dans le but d’en faire un asile. Ils gardent depuis une vocation sociale. La réhabilitation des bâtiments, et maintenant l’allée boisée qui conduit au portail, s’inscrivent dans la perspective de la sauvegarde de ce patrimoine