Situation sanitaire et économique dans le Val-de-Marne fin avril

confinementLa sénatrice a participé à une audioconférence organisée par le préfet qui, accompagné du Directeur de l’ARS 94 et des directeurs de l’Education nationale et de l’emploi nous ont dressé un panorama de la situation suite à la pandémie.

Santé :

293 personnes étaient en réanimation ce vendredi 24 avril. Ces chiffres élevés intègrent le nouveau service dédié aux malades du covid ouvert récemment à l’hôpital Henri-Mondor et qui accueille des patients d’autres départements. Les chiffres devraient cependant progressivement diminuer, les médecins espérant revenir à un niveau plus acceptable du nombre malades vers la mi-juin.

Concernant les EPHAD, l’épidémie concerne 44% des personnes soit 150 personnes affectées.  Le Val-de-Marne est effectivement et malheureusement un des départements des plus touchés de France aussi en nombre de décès. Des infirmières scolaires ainsi que la réserve sanitaire ont été affectées aux établissements pour compenser les 20% du personnel absent.

Fin avril, un tiers des résidents et des patients avaient été testés et le 6 mai l’ensemble des résidents auront bénéficié de tests.  Des tablettes numériques ont été distribuées dans 60 des 70 EPHAD. A noter que malgré la récente autorisation de visites, les familles n’ont globalement pas souhaité venir voir leurs proches.

Education Nationale :

La Dasen a fait le point sur la rentrée du 11 Mai avec des groupes restreints d’un maximum de 15 élèves par classe. Les enfants seront alors répartis entre activité pédagogique, enseignement à domicile et sport afin de rester dans la limite de 15 enfants. La rentrée se fera à partir du 12, le 11 étant une journée pédagogique.  Il a été rappelé qu’actuellement 780 enfants étaient accueillis à l’école : enfants de soignants, du ministère de l’intérieur et du personnel pénitencier, dans 11 collèges, 44 maternelles, 52 établissements primaires et 75 établissements privés.

La sénatrice a demandé si le rectorat allait sonder les parents ou les associations représentants les parents, pour savoir s’ils comptaient remettre leurs enfants à l’école.  Réponse : pas pour l’instant, l’Education nationale attendant des précisions qui devraient arriver fin avril.

Bref, pour l’instant c’est toujours l’incertitude.

Economie-emploi :

19 000 entreprises ont demandé à bénéficier de l’activité partielle et 60% ont sollicité une indemnisation soit 10 000 sociétés. La plupart ont été validées et cela concerne 200 000 salariés soit 80 millions d’heures de travail en activité partielle.

Concernant les prêts bancaires, il y a un délai butoir de 2 semaines pour les demandes de prêts garantis par l’Etat. La banque de France estime que sans réponse de la banque au bout de 2 semaines, l’obtention du prêt sera considérée comme refusée et qu’un recours pourra donc être entamé dès ce délai.

Déconfinement :

La situation demeure toujours fragile et les modalités du déconfinement  seront précisées  après que les groupes de travail lancés par le Préfet de Région auront remis leur copie début mai: transports, éducation nationale,  crèches, suivi sanitaire, masques, entrepreneurs etc…

Il sera de la responsabilité des entreprises de fournir des masques à leur personnel. Ceux qui n’y parviendront pas pourront faire appel à la collectivité nationale.  Sinon la priorité de distribution des masques annoncés par l’Etat sera en direction des transports et des transports scolaires.