Quelle politique publique pour la vente, la distribution et le port du masque ?

2019-0774-007-SKLors des Questions au Gouvernement du mercredi 22 avril, Catherine Procaccia, Sénatrice du Val-de-Marne, a interrogé le Ministre des solidarités et de la santé sur l’absence de consignes claires de la part de l’Exécutif sur la vente, la distribution et le port du masque durant cette crise sanitaire.

Alors que le déconfinement, ou plutôt l’allègement du confinement est pour dans 19 jours, la dernière conférence de presse du Premier Ministre a apporté aux français plus de questionnements que de réponses. Même si nous avons compris que le plan du Gouvernement était toujours en construction, la gravité de la situation et des enjeux impose pourtant de répondre rapidement à certaines questions clés.

La question des masques en est une, avec un effet barrière mais aussi psychologique pour les français qui ont bien compris que le 11 mai ne marquait pas la fin de l’épidémie.

De fait, Catherine Procaccia a souhaité savoir comment le Gouvernement compte t’il distribuer un masque à chaque français ? Va-t-on passer par les collectivités ou par des organismes privés ? Alors qu’un géant français de la vente en ligne a commencé à vendre 60 millions de masques chirurgicaux aux entreprises, il n’est toujours pas clair de savoir si les pharmacies, dont c’est pourtant le métier, peuvent oui ou non en vendre. Le Ministre a semble t’il pris conscience de ce premier problème, et pourrait prendre rapidement un décret pour régulariser cette situation.

Mais l’absence de réponse complète du Ministre laisse encore de nombreux sujets en suspens. Sur les masques grand public annoncés par le Président, comment va s’effectuer cette distribution ? Si ce sont les collectivités qui en sont chargées, il faut leur dire comment se signaler, quand et auprès de qui elles peuvent passer commande, leur indiquer une date effective de livraison, mais aussi savoir si c’est à elles de les payer. Devront-elles prioriser certaines populations dans leur distribution ?

Le Ministre annonçait hier dans les médias que les communes gagneraient à attendre avant de se fournir en masques et que le Gouvernement pourrait bientôt leur en fournir. Mais quand on voit que les collectivités s’en sortent globalement mieux dans leur stratégie d’approvisionnement que l’État, qui multiplie les retards, ce n’est pas très rassurant.

Tout cela ne représente qu’un aspect du déconfinement, mais à 3 semaines du début de la reprise, le Gouvernement doit commencer à répondre à ces questions simples : Qui ? Quand ? Combien ? Comment ?     

Au-delà des masques, la Sénatrice en a profité pour rappeler qu’aucun cap n’était pour l’instant fixé pour les transports scolaires, la restauration collective du midi, la désinfection des rues, la réouverture des lieux publics…

Les collectivités, premiers acteurs de la solidarité du quotidien, doivent obtenir des consignes claires si nous souhaitons pouvoir préparer le jour d’après dans des conditions optimales.