Réception des élus du Perreux-sur-Marne

image00003

Prévue à l’origine fin janvier mais annulée suite à la vague Omicron, la visite et réception des élus du Perreux-sur-Marne a pu se réaliser ce lundi 4 avril. L’amélioration de la situation sanitaire a même permis la levée de certaines contraintes: le port du masque et le pass vaccinal ne sont plus nécessaires.
Les élus ont ainsi profité d’une visite personnalisée par la Sénatrice y compris de l’ancienne chapelle devenue salle Monmory.
S’en est suivi un dîner convivial au cours duquel Catherine Procaccia a rendu hommage au Député Gilles Carrez, Député de la circonscription, ancien maire du Perreux, ancien Rapporteur général et Président de la commission des finances, un ami et un soutien de la sénatrice depuis plus de 30 ans. Christel Royer, Maire et Conseillère régionale et Paul Bazin 1er vice Président du Conseil départemental et Maire adjoint étaient à ses côtés.

Des délais inacceptables pour obtenir une carte d’identité ou un passeport

IMG_1040

Amélioration de la situation sanitaire, reprise du tourisme, Brexit, nouvelle technologie implantée au sein de la carte d’identité … autant de causes qui pourraient mettre en péril les vacances estivales des Français qui souhaiteraient partir à l’étranger ! En effet, les délais d’établissement d’une CNI ou d’un passeport ont atteint un niveau record cette année. Dans plusieurs villes du Val-de-Marne, aucune prise de rendez-vous disponibles et dans d’autres pas avant 3 ou 4 mois, c’est à dire en plein été. Sans compter que la Préfecture met en moyenne 45 jours pour réaliser le passeport.
C’est pourquoi Catherine Procaccia a décidé d’interroger le Ministre de l’intérieur sur un sujet qui devient une préoccupation dans son département mais aussi à Paris et dans les agglomérations: que compte faire le Gouvernement pour gérer les nouvelles demandes et résorber les retards préjudiciables à nos concitoyens ?

Réponse du Gouvernement aux questions écrites : un déni démocratique

Sans titre2

Une des fonctions d’un parlementaire est de contrôler l’action du Gouvernement (article 48 de la Constitution). Dans ce cadre, la Sénatrice pose régulièrement des questions écrites à un ministre afin d’obtenir une réponse sur la façon dont il compte gérer un problème. Les sujets choisis par Catherine Procaccia sont très variés. La dernière question écrite concerne les possibles impacts sur la santé de la pollution que provoquerait le site de retraitement des déchets d’Ivry. D’autres concernent l’approvisionnement en médicaments, certaines des sujets d’aménagement local…
Pourtant, alors que ces questions devraient toutes obtenir une réponse, peu d’entre elles en ont obtenues. Sur 131 questions écrites posées depuis le début de son mandat en 2004, seules 46% ont obtenues une réponse. Pire encore depuis l’arrivée des Gouvernements d’Emmanuel Macron en 2017, puisque les ministres n’ont daigné répondre qu’à 6% des questions de la Sénatrice et parfois avec un ou deux ans de retard alors que le règlement du Sénat fixe un délai de 2 mois.
Encore un signe du mépris de ce gouvernement vis-à-vis de la représentation nationale.

Cliquez ici pour voir les statistiques
Et ici pour connaitre les questions

Echange avec l’Ambassadrice des Philippines

Dans la poursuite des échanges par visio-conférence avec les ambassadeurs de France dans les îles du Pacifique, Catherine Procaccia a organisé un échange avec Madame l’Ambassadeur des Philippines, Madame Michèle Boccoz, qui est accréditée pour les Iles Marshall, les Etats fédérés de Micronésie, et Palau, 3 des 18 îles que couvre le groupe d’amitié que la sénatrice préside.
Au menu : bilan sur la pandémie dans ces îles, en grande partie épargnées de par la fermeture des frontières et leur éloignement géographique, l’influence grandissante de la Chine dans cette vaste région et les incidences du changement climatique sur la vie quotidienne des îliens.
Un échange enrichissant pour tous.

P1040622
Photo de Micronesie, Ponhopei, Septembre 2010

Immersion à l’Hippodrome de Vincennes

274384528_10223934450803008_8329859677654851553_n

Ce mardi 22 février, Catherine Proccacia s’est rendue à l’Hippodrome de Vincennes à l’invitation de France Galop, du Trot et de la Fédération nationale des courses hippiques. Après une présentation de la spécificité de cette filière et du rôle de financeur du PMU à travers les paris, les présidents et le secrétaire général ont évoqué :
– l’importance économique des hippodromes répartis sur tout le territoire,
– la formation et les métiers spécifiques liés aux chevaux,
– le bien être animal y compris de la mise à la retraite des chevaux de courses.

Et pour s’immerger encore plus dans le monde des courses, la Sénatrice a eu eu le privilège de faire un tour de piste en sulky, puisque Vincennes est l’hippodrome des courses de trot.

Covid-19 : vers la levée prochaine du passe vaccinal ?

IMG_0581

Face à l’évolution de la situation sanitaire, le Sénat avait décidé le 20 janvier d’octroyer à la Commission des Affaires Sociales les prérogatives d’une commission d’enquête pour évaluer l’adéquation du Passe vaccinal à l’épidémie de Covid en 2022.

Un mois après les rapporteurs ont rendu leurs conclusions.
Cet outil n’a pas vraiment rempli ses objectifs et ses effets sont incertains face à l’évolution de l’épidémie puisque le 13 janvier le taux d’incidence de cas de Covid ne le justifiait plus. C’est pourquoi la commission préconise

-la levée rapide du passe vaccinal qualifié de gadget

-le renforcement de la transparence de la gestion de l’épidémie.

Catherine Procaccia a pour sa part regretté que les rapporteurs n’évoquent pas du tout l’éventuelle obligation vaccinale pour les plus fragiles et les plus âgés.

Visite à Santé Publique France

jdjjkfod

Le vendredi 18 février, Catherine Procaccia a visité « Santé Publique France », située dans l’emprise boisée des hôpitaux de Saint-Maurice. L’Agence nationale est un centre d’expertise scientifique, qui a pour but d’améliorer et de protéger la santé des français. C’est elle qui est en charge de l’observation épidémiologique et la surveillance de l’état de santé des populations ou encore de la préparation et la réponse aux menaces, alertes et crises sanitaires.
La sénatrice a eu le plaisir de d’échanger avec la Directrice générale sur des sujets d’actualité comme l’accès des chercheurs aux données de suivi du Covid en open data, mais aussi la gestion des « stocks stratégiques » : masques, gants et comprimés d’iode. C’est SPF qui s’est occupée de la commande et de la distribution des vaccins. Une tâche d’une ampleur jamais connue pour l’organisme ! Ce fut aussi l’occasion d’évoquer les dossiers sur lesquels travaille Catherine Procaccia : la chlordécone, l’antibiorésistance et la difficile reconnaissance des phages.

Où en est-on avec la chlordécone qui pollue les Antilles ?

Sans titre

En 2009, Catherine Procaccia et Jean-Yves Le Déaut Député, avait remis un rapport sur les conséquences de la chlordécone aux Antilles, ce pesticide utilisé jusqu’en 1973 pour lutter contre le charençon qui détruisait les bananiers.
L’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques a chargé la sénatrice de faire un point de situation. Pour ce faire elle a organisé le 17 février une première table ronde avec les quelques chercheurs qui planchent sur le sujet. Les connaissances ont un peu avancées :
– les sols ne seraient pollués que 100 ans ( et non 350 à 700),
– des moyens ont été trouvés pour décontaminer les animaux (en les faisant pâturer plusieurs semaines sur des terres non polluées)
– des pistes de décontamination des sols semblent être possibles, mais supposeraient des milliards
Mais toujours aucune piste pour les eaux maritimes et les ressources halieutiques, hormis des interdictions de manger crustacés et poissons.

Catherine Procaccia a réaffirmé que la recherche était essentielle et se réjouit qu’après tant d’années, l’Agence Nationale pour la Recherche se décide enfin à inscrire la chlordécone dans ses financements prioritaires.
La seconde table ronde prévue le 1er mars a été reportée compte tenu de la situation internationale

L’audition est disponible en vidéo à la demande sur le site du Sénat, que vous pouvez retrouver en cliquant ici.

Rencontre avec les entreprises du Plateau Briard

1-IMG_20220210_195620

Le 10 février 2022, Catherine Procaccia a eu le plaisir d’accueillir les chefs d’entreprises de 34 entreprises du Plateau Briard, membres du Club qui porte ce même nom. Malgré les incertitudes sanitaires de janvier et après 4 mois d’échanges avec Eric Baude qui préside ce Club, la date initialement choisie a été maintenue : et ce fut une bonne chose, car aucun cas COVID n’a été détecté – chacun devait par ailleurs présenter son pass vaccinal. Etant donné qu’il n’y avait pas de séance le jeudi soir, les invités ont eu le privilège de visiter un Sénat vide !

C’était aussi pour eux l’occasion de découvrir qu’un Sénateur peut, comme le cas de Catherine Procaccia, avoir passé la plus grande partie de sa vie en entreprise. C’était aussi l’occasion de retrouver une dynamique entreprise de Perigny qu’elle avait visité avec Arnaud Védie-Cristiani en octobre 2020 : Microplast.