Echanges sur la retraite des animaux de laboratoire avec la présidente de GRAAL

278572145_10224224411531845_3321067311815431468_n

Catherine Procaccia a échangé ce mercredi 20 avril avec Marie-Françoise Lheureux, présidente de l’association GRAAL (Groupement de réflexion et d’action pour l’animal) située dans le Val-de-Marne. Depuis 2004, cette association a organisé la sortie et le placement de 5668 animaux de laboratoire chiens, chats mais aussi chevaux, cochons, vaches, oiseaux, rongeurs… Depuis bientôt 25 ans, les 35 bénévoles ont mis en place un processus pour sauver les animaux utilisés pour des essais cliniques et éviter qu’ils soient euthanasiés en partenariat avec des laboratoires volontaires.

A travers cet échange, la sénatrice a compris les difficultés auxquelles fait face l’association : le financement des frais de transports jusqu’au lieu d’adoption, mais aussi le manque de places au sein des refuges ou zoos. En effet, si les chiens et chats sont très vite adoptés, si le bétail retrouve facilement une place chez un éleveur, le nombre croissant de souris de laboratoire proposées à une réadaptation complique l’adoption. Quant aux macaques de laboratoire, qui forcément ne font pas partie des espèces en voie de disparition, ils n’ont pas lieu d’être accueillis dans les zoos qui sont tous intégrés dans un programme de préservation des espèces.

L’association propose également des formations à des entreprises, nationales mais aussi internationales (Allemagne, Italie, Belgique) pour « re-socialiser » ces animaux avant leur sortie.

La retraite de ces animaux est un sujet méconnu.

Covid-19 : vers la levée prochaine du passe vaccinal ?

IMG_0581

Face à l’évolution de la situation sanitaire, le Sénat avait décidé le 20 janvier d’octroyer à la Commission des Affaires Sociales les prérogatives d’une commission d’enquête pour évaluer l’adéquation du Passe vaccinal à l’épidémie de Covid en 2022.

Un mois après les rapporteurs ont rendu leurs conclusions.
Cet outil n’a pas vraiment rempli ses objectifs et ses effets sont incertains face à l’évolution de l’épidémie puisque le 13 janvier le taux d’incidence de cas de Covid ne le justifiait plus. C’est pourquoi la commission préconise

-la levée rapide du passe vaccinal qualifié de gadget

-le renforcement de la transparence de la gestion de l’épidémie.

Catherine Procaccia a pour sa part regretté que les rapporteurs n’évoquent pas du tout l’éventuelle obligation vaccinale pour les plus fragiles et les plus âgés.

Débat de société sur les NBT : l’OPECST s’empare du sujet

2019-0774-011-SKLe 18 mars 2021, l’Office a réuni des acteurs des secteurs académique, industriel et agricole pour faire le point sur le statut, les avantages, les limites, le traitement légal et l’acceptabilité des plantes issues des « nouvelles techniques de sélection végétale » (NBT – new breeding techniques), répondant ainsi à une demande de la Commission des affaires économiques d’examiner les avantages et les risques associés à ces techniques. Catherine Procaccia était co rapporteur de ce travail.

Contre la réforme constitutionnelle sur le climat

185993973_10222358105155352_6039930505732237103_nLe Sénat examinait cette semaine le projet de loi constitutionnelle qui visait à inscrire la préservation de l’environnement dans la constitution. À l’origine, la décision du Président de la République de demander à des citoyens de travailler sur l’environnement et surtout de s’engager à suivre leurs préconisations inquiétait Catherine Procaccia. Il y a des scientifiques, des experts, un ministre dont c’est le rôle. Et celui du Parlement, c’est d’approuver ou de modifier des projets de lois transmis par le Gouvernement, pas d’entériner un engagement présidentiel s’il ne nous convient pas.