Où en est-on avec la chlordécone qui pollue les Antilles ?

Sans titre

En 2009, Catherine Procaccia et Jean-Yves Le Déaut Député, avait remis un rapport sur les conséquences de la chlordécone aux Antilles, ce pesticide utilisé jusqu’en 1973 pour lutter contre le charençon qui détruisait les bananiers.
L’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques a chargé la sénatrice de faire un point de situation. Pour ce faire elle a organisé le 17 février une première table ronde avec les quelques chercheurs qui planchent sur le sujet. Les connaissances ont un peu avancées :
– les sols ne seraient pollués que 100 ans ( et non 350 à 700),
– des moyens ont été trouvés pour décontaminer les animaux (en les faisant pâturer plusieurs semaines sur des terres non polluées)
– des pistes de décontamination des sols semblent être possibles, mais supposeraient des milliards
Mais toujours aucune piste pour les eaux maritimes et les ressources halieutiques, hormis des interdictions de manger crustacés et poissons.

Catherine Procaccia a réaffirmé que la recherche était essentielle et se réjouit qu’après tant d’années, l’Agence Nationale pour la Recherche se décide enfin à inscrire la chlordécone dans ses financements prioritaires.
La seconde table ronde prévue le 1er mars a été reportée compte tenu de la situation internationale

L’audition est disponible en vidéo à la demande sur le site du Sénat, que vous pouvez retrouver en cliquant ici.

Evaluation des alternatives à la cigarette

2022-044-001-SK
Catherine Procaccia interrogeait, ce mardi 25 janvier, le Gouvernement afin de demander que des études scientifiques soit menées dans le cadre de la lutte contre le tabagisme.

En effet, la baisse des ventes de cigarettes est un trompe l’œil car les achats frontaliers ont augmenté. Environ un tiers des français (soit 15 millions de personnes) fument de manière régulière et la France est l’un des pays de l’Europe de l’Ouest comptant le plus de fumeurs. Comme tous ne peuvent ni ne veulent s’arrêter de fumer, elle souhaite que les alternatives sans combustion, telles la cigarette électronique et le tabac à chauffer, soient évaluées scientifiquement afin de savoir si elles sont vraiment moins dangereuse pour la santé.

Appel du 18 Juin

APPEL 18 JUINComme chaque année depuis près de 40 ans, Catherine Procaccia était présente aux cérémonies commémorant l’appel du 18 Juin, organisées par la Fondation de la France libre.

A Saint-Mandé, elle a retrouvé avec plaisir les ados du Conseil Municipal Jeune qu’elle avait reçus au Sénat. Ils ont lu l’appel que le Général de Gaulle avait lancé « à la radio de Londres » il y a 78 ans.

A Vincennes, entourée des compagnons gaullistes de la ville, elle a déposé une gerbe de fleurs en tant que sénatrice.