Renault s’engage à ne pas licencier à Choisy-le-Roi

auto-4720391_1920En juin dernier, Catherine Procaccia alertait le Ministre de l’économie et des finances sur la fermeture prochaine du site Renault à Choisy-le-Roi, dans le cadre d’un grand plan d’économies pour l’entreprise. Bien que la société se soit engagée à ne procéder à aucun licenciement pure, la seule proposition alors faite aux salariés était d’accepter une délocalisation sur le site de Flins-sur-Seine, à plus de 60km. Interpellée sur la situation des plus de 400 personnels travaillant actuellement sur place, la Sénatrice avait souhaité interroger le Gouvernement sur sa position dans ce dossier, rappelant que l’État était actionnaire de référence du groupe avec 15% de part au capital.

La micro-mobilité avec Lime à Arcueil

119058687_10220604232189624_5748545635672817205_nPoursuivant son tour des entreprises du département, Catherine Procaccia était Lundi 7 septembre chez Lime, acteur mondial de la micro-mobilité. Avec une base opérationnelle pour la région parisienne à Arcueil, Lime est aujourd’hui l’un des leaders de la mobilité électrique courte distance avec des trottinettes et, depuis peu, des vélos électriques en rachetant l’opérateur Jump (Uber).

Cette visite aura été particulièrement interessante car elle aura permis, au delà de la simple découverte de cette « start up », de constater les avancées légales et réglementaires qu’a permis la loi d’orientation des mobilités (LOM), sur laquelle le Sénat avait été très actif. Les débats concernant ce nouveau mode de déplacement étaient alors nombreux : free flotting (pas d’emplacement pour se garer), rouler sur les trottoirs, vitesses maximales, port du casque, juicers (qui recharge ces engins et à quel coût) etc.

Le Sénat renforce l’information en matière d’assurance emprunteur

Capture d’écran 2019-10-29 à 09.18.47Mercredi 23 octobre, Catherine Procaccia est intervenue au Sénat dans la discussion générale de la proposition de loi tendant à renforcer l’effectivité du droit au changement d’assurance emprunteur, mais aussi dans l’examen des articles où la Sénatrice a défendu un amendement qui lui semblait correspondre à un juste compromis entre transparence des sociétés d’assurance et information du consommateur emprunteur.