Meilleurs voeux pour 2021 !

CARTEDEVOEUX_2020_V1Catherine Procaccia a adressé ses meilleurs voeux aux élus du Val-de-Marne et aux personnalités du département.

Après une année 2020 que beaucoup souhaiteront tout simplement oublier, la sénatrice a formulé un voeux d’espoir pour une année 2021 meilleure que la précédente. Une année plus joyeuse, sanitairement plus seine, économiquement plus protectrice des situations de chacun et où la sécurité de chaque citoyen devra être assurée.

Cette année, une carte un peu particulière a trouvé sa voie jusque dans les boites aux lettres. Sur un papier écologique ensemencé, ce format recto verso sera dès le printemps à planter pour permettre la floraison de coquelicots. Fabriquée en France et vendue par une entreprise francilienne, elle permet de ponctuer avec une certaine guetté une année 2020 qui en a inversement cruellement manqué.

Renforcement du droit à l’expérimentation des collectivités

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Jeudi 29 octobre dernier à 8h54, c’est grâce à l’activation d’une borne d’appel urgence installée près de la basilique Notre-Dame de Nice que, en moins de 5 minutes la police municipale a pu intervenir et neutraliser le terroriste qui venait d’assassiner 3 personnes. Cette initiative de Christian Estrosi n’est pas idéologique, c’est une mesure de bon sens. L’État étant incapable d’assurer pleinement la sécurité de nos concitoyens, les maires doivent se débrouiller seuls face à un sentiment d’insécurité grandissant de leurs administrés. La question de la pertinence et de l’efficacité d’expérimentations dans ce domaine n’est donc plus à prouver.

Associons les collectivités pour éviter les réquisitions de dernière minute

Migrants_Paris_Saint-OuenLes années se suivent et se ressemblent quand il s’agit pour l’État de réquisitionner des locaux municipaux de plusieurs villes du Val-de-Marne afin d’y accueillir des sans-abris et notamment des migrants. En effet, alors que l’État a procédé ces dernières semaines à des démantèlements de camps de demandeurs d’asile à Saint-Denis ou à Paris, au lieu de trouver des solutions pérennes, il contraint encore une fois des communes du Val-de-Marne à mettre à disposition des gymnases et des infrastructures municipales diverses sans aucune concertation avec les élus des municipalités concernées.